Un des axes de Cohérence Consultant pour parvenir au progrès a toujours été de donner du sens : réfléchir à nos valeurs et au « pourquoi » de nos actions. Car, s’il est bien utile d’avoir une boite à outils, il est encore plus utile de savoir ce que l’on veut construire.

Alors, lors d’une formation sur le pilotage du changement, le progrès continu, ou le management ; il est utile, essentiel,  de revenir sur le parcours  de notre espèce pour lire autrement l’histoire de nos entreprises et de nos équipes et se donner un peu plus de vision.

Voici donc le second volet de l’histoire d’Homo sapiens :

(La 1er partie est ici)

À la suite de la révolution cognitive (voir blog précédent) les groupes d’humains cherchent des réponses à l’angoisse existentielle et universelle qui vient d’apparaître : la question de « l’après-mort ». Cela aboutira aux religions : un avantage évolutif énorme. Car quand vous partagez une croyance, des idéaux, des valeurs : vous pouvez fixer des règles et une organisation commune.

À partir de là, la taille d’une tribu humaine organisée n’a théoriquement plus de limites.

Découvrant les avantages de l’agriculture en termes d’abondance et de stabilité des ressources, nos ancêtres s’installent et changent radicalement de mode de vie.

Un mode de vie pour lequel nos corps et notre cerveau ne sont pas adaptés. L’espèce humaine découvre les carences, les épidémies, les problèmes de dos et l’ennui. Mais c’est aussi un mode de vie qui permet plus de solidarité vis-à-vis des jeunes, des vieux, et des blessés.

En permettant la spécialisation des tâches (on est plus tous chasseurs-cueilleurs, mais fermiers, artisans, bâtisseurs… ) et la conservation des biens (on peut posséder plus que ce que l’on peut transporter), la sédentarisation va ouvrir les progrès dans les domaines techniques et artistiques. La structure sociale et relationnelle se complexifie. Pour réussir, il faut plus et mieux communiquer et s’organiser.

L’écriture Cunéiforme en Mésopotamie

Au départ créée pour stocker l’information du quotidien (contenu d’un grenier, terme d’un contrat…), l’écriture va vite démultiplier les capacités de l’humanité.

Elle permet la diffusion des connaissances, des croyances et des règles. Elle libère l’esprit de l’effort de mémorisation et de répétition et lui donne plus de temps pour inventer. Et, en sortant l’information de notre tête, elle permet plus de rationalité, de recul, de conscience.

Accéder à l‘image grand format (Wikimedia)

Les 1ers empires (Babylonien, Egypsien, Perse…) apparaissent.

Se succédant à travers le temps, les empires seront le moteur principal de l’histoire pendant 4000 ans et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Ils laissent derrière eux un héritage varié et souvent paradoxal. Ils sont responsables de beaucoup de violence et la coercition, mais aussi de stabilité et de brassage culturel. Beaucoup des progrès scientifiques et techniques ont eu lieu pour eux et grâce à eux.

Aujourd’hui, les changements auxquels nous faisons face dans nos vies professionnelles et personnelles n’ont heureusement pas la violence des conquêtes d’autrefois, mais ils sont, je pense, tout autant porteurs de « dérangement » et de progrès.


Notes et remerciements : même si cet article est une extrême synthèse (et donc une trahison  😉 ) orientée formation en entreprise, nous avons essayé d’être le plus juste possible. À ce titre, les conférences de divers professeurs au collège de France et le livre Sapiens de Yuval Noah Harari ont été d’une grande aide. Un grand merci aussi aux illustrateurs et photographes des documents qui illustrent l’article.